Mon parcours

Une relation particulière m’attache à la peinture et au dessin.
Enseignant, formateur en IUFM, professeur en Institut de journalisme, cinéphile, voici qui laissait peu de place au violon d’Ingres.
 La peinture est longtemps restée au rayon des loisirs mais elle flottait dans l'esprit de famille et aujourd'hui encore me laisse les meilleurs souvenirs de complicité avec père et grand-père. Crayon, pinceaux et papier attendaient leur heure.
Puis on franchit le pas et et la porte s'ouvre sur un projet de très loin préparé qui est aussi, surtout peut-être, une reconnaissance, un hommage et une dette à mon grand-père et à mon père, tous deux peintres lumineux et inventifs, tous deux dessinateurs exigeants, qui m'ont appris à dessiner et à regarder. L'un, lauréat du concours de Rome, devenu artiste peintre décorateur dans les années 30, l'autre, peintre et photographe, l'un amoureux de la mer, l'autre de la montagne ... ils ont été mes maîtres exigeants et familiers, m'apprenant le dessin, l'attention, la recherche et l'atelier.
Mais pour l'aquarelliste, le plus souvent possible, le meilleur atelier c'est dehors, en chemin,  pour saisir sur le vif la profondeur de l'air, l'éclat du soleil qui donne aux pierres leurs couleurs et les infimes variations de la lumière. Revenir au même endroit le lendemain ferait découvrir devant soi un paysage différent.
Le dessinateur et le coloriste aiment aussi à s'emparer des photos pour les détourner, comme ils aiment à laisser entrer dans le cadre, au-delà du réel que l'on scrute, une part de rêve, un peu d'imaginaire, d'où ma prédilection pour l'aquarelle où l'indécis au précis se joint ...

Il en est ainsi de l'illustration qui est la rencontre de deux imaginaires.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire